« Standing ovation bien méritée pour Hugues Navez que nous avons écouté, le souffle coupé, dans un silence religieux. »
« Schilders Nieuwsblad » (Pays-Bas)